Drôme

AGRICULTURE ET CLIMAT

Gel : la Confédération paysanne de la Drôme interpelle le Préfet

28.04.2017 La Confédération paysanne de la Drôme a interpellé le Préfet de la Drôme, ainsi que les députés, conseillers départementaux, la chambre d'agriculture, pour demander un soutien urgent aux paysan-ne-s touchées par les épisodes de gel de la semaine dernière, d'une étendue exceptionnelle. Suite aux annonces du ministre de l'agriculture, vous trouverez ci-joint le communiqué de la Confédération paysanne nationale, que nous vous invitons à rediffuser.

La Confédération paysanne de la Drôme a interpellé le Préfet de la Drôme, ainsi que les députés, conseillers départementaux, la chambre d'agriculture, pour demander un soutien urgent aux paysan-ne-s touchées par les épisodes de gel de la semaine dernière, d'une étendue exceptionnelle.
Suite aux annonces du ministre de l'agriculture, vous trouverez ci-joint le communiqué de la Confédération paysanne nationale, que nous vous invitons à rediffuser.

 

Épisodes de gel sur l'ensemble du territoire : la proposition du ministre ne suffit pas !

Ces derniers jours, de nombreux territoires viticoles, arboricoles et maraîchers ont subi d'intenses épisodes de gel conduisant à de considérables pertes de récolte, voire à leur destruction totale. Sur une grande partie du territoire, nombre de paysans constatent l'anéantissement d'une campagne jusque-là prometteuse.

Alors que l'État profile son désengagement de la gestion des aléas climatiques au bénéfice des assurances privées, nous affirmons que seuls le maintien du régime des calamités agricoles et son ouverture au plus grand nombre grâce à des seuils assouplis peuvent permettre à l'agriculture de faire face à l'urgence de cette situation.
Si le ministère considère que la viticulture est assurable et qu'à ce titre les pertes de récolte ne peuvent être indemnisées par le régime des calamités agricoles, nous ne sommes pas de cet avis : trop peu de paysans sont assurés, du fait de coûts prohibitifs. Alors même que les épisodes climatiques extrêmes se font de plus en plus fréquents, la gestion de cette nouvelle crise laisse entrevoir les projets des pouvoirs publics pour le futur : au lieu de soutenir directement les paysans et de financer l'adaptation des systèmes de production, l'argent public sera gaspillé dans le cofinancement de systèmes assurantiels inefficaces, dont les seuls bénéficiaires seront les caisses d'assurance.
Face au besoin actuel, l'indemnisation des pertes de récoltes consécutives au gel de ce mois d'avril au titre des calamités agricoles doit être élargie à la viticulture et au maraîchage. Les mesures d'urgence (chômage partiel, report de cotisations sociales...) proposées dans l'attente du versement de ces indemnités sont par ailleurs nettement insuffisantes et ne sauraient maintenir à flot des trésoreries déjà exsangues. Le ministère doit sortir des logiques assurantielles et remodeler entièrement son arsenal d'urgence qui a déjà montré son inefficacité à plusieurs reprises, pour enfin apporter aux paysans de vraies réponses face au dérèglement climatique !

Contacts:
Vincent DELMAS : 06 07 69 36 25
Christophe MORANTIN : 04 75 21 02 74
Co-porte-paroles

LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales