Drôme

SEMENCES : NOS POSITIONS

Interdiction des semences de ferme

La guerre des semences

En cliquant ici vous pourrez voir une infographie pour expliquer simplement les enjeux de la bataille qui se déroule autour des semences.

Le droit de ressemer

Aujourd'hui, le droit de ressemer le produit de sa récolte n'est possible que pour une infime partie des espèces cultivées (21 depuis le vote de la loi COV** du 28 novembre 2011, les autres étant interdites par la loi). Et cela n'est possible que moyennant finance par le biais d'un taxe appelée CVO*** prélevée au profit des entreprises semencières.

La Confédération Paysanne se bat pour la reconnaissance du droit des paysans de ressemer et d'échanger librement leurs graines et leurs plants produit à la ferme. Les semences paysannes et fermières assurent un service d'intérêt général au service de tous. En effet, ces semences ont des vertus agronomiques incontournables (résistances diverses aux agressions et changements climatiques), des vertus organoleptiques exceptionnelles malheureusement presque oubliées aujourd'hui (goût remarquable...), un coût réduit.

Pour la Confédération Paysanne, la question de l'accès aux semences et à la biodiversité est primordiale car elle propose une alternative capable de répondre aux attentes de la société en matière de réduction d'utilisation des pesticides et des engrais. C'est un des éléments moteurs pour favoriser l'Agriculture Paysanne et la souveraineté alimentaire, parce que économe en intrants et peu onéreuse.

* Certificat d'Obtention Végétale

** Contribution Volontaire et Obligatoire

LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales