Drôme

La Mauvaise Herbe


La Mauvaise Herbe, journal trimestriel de la Conf' Drôme.

Mais au fait, pourquoi "La Mauvaise Herbe" comme nom de journal ?! Connaissez-vous la chanson de Brassens ?

Gilles Servat, chanteur breton, disait « la langue bretonne est la folle avoine au milieu des épis bien rangés ». Avoir l'insolence de vouloir vivre malgré les contraintes rassurantes de l'ordre établi, fut-il mis en œuvre par les représentants élus de la république. Georges Brassens aussi chanta la Mauvaise Herbe, comme un défi à la morale convenue de tous les bigots de la nouvelle religion baptisée « démocratie ».
Et pour nous paysans, nous savons que lorsque les rumex et autres chardons se mettent à envahir nos champs, ce sont les sols qui n'en peuvent plus d'asphyxie sous les roues des tracteurs de plus en plus lourds.
Alors que le monde actuel est de plus en plus « formaté », nous regardons avec bienveillance toutes ces mauvaises herbes germer et fleurir avec impertinence pour le plus grand désarroi de ceux qui voudraient tout organiser, tout codifier, pour rendre le monde plus « intelligent », c'est-à-dire plus asservi à l'ordre techno-industriel, commercial et financier.


Brassens - La mauvaise herbe par Vega10


Le numéro du mois

n° 137 - avril 2018
Editorial
Sommaire Archives

Editorial


> Télécharger le numéro 137

Il y a quinze ans, je rencontrais la Confédéra-
tion paysanne, grâce à Jean-Lou et Danièle,
amoureux de leur métier et de la vie sociale et
syndicale. Ils y consacraient beaucoup de
temps, la Conf' c'était toute leur vie.
Pendant toutes ces années d'installation et de
mise en place de notre ferme à Pont-de-Barret,
je donnais simplement un coup de main lors de
la fête annuelle de la Conf, me permettant de
rencontrer et d'échanger avec les paysans drô-
mois, dans une ambiance toujours festive.
Il y a un an, je mettais un pied timide au sein
du Comité départemental de ce syndicat. Ayant
peur de ne pas pouvoir en assumer les engage-
ments, je proposais à l'Assemblée un statut
intermédiaire de "stagiaire". Peu présente au
début, je finis cette année en prenant place en
CDOA1.

Aujourd'hui, lors de cette nouvelle AG, je re-
nouvelle mon mandat, prête à soutenir les
paysans face aux injustices. Je n'ai pourtant pas
plus de temps qu'hier, j'ai toujours d'autres en-
gagements ailleurs... Cependant, j'ai compris
que même si je ne fais qu'un peu, c'est peut-
être beaucoup pour l'équipe du Comité
départemental et pour l'ensemble du syndicat.
Demain, c'est les élections "Chambre d'Agri-
culture" et même si je ne suis pas très
enthousiasmée par cet évènement, je sais quepour pouvoir continuer à exercer mon métier
comme je l'entends, il faut porter nos voix haut
et fort car le syndicat est un des chemins de res-
pect de nos libertés.
Alors, tel un colibri, je fais un peu, ce que je
peux, et je contribue à ce que demain soit
mieux...
Et si toi aussi tu veux gratter du papier, par-
tage donc ta dernière actualité dans La
Mauvaise Herbe ;
Si t'es plutôt à battre du pavé, viens tenir une
pancarte devant la DDT ;
Si tu veux réfléchir et confronter tes idées,
viens à une réunion décentralisée du CD ;
Si tu veux découvrir d'autres façons de tra-
vailler, viens à la ferme ouverte ;
Si tu veux t'évader, va à Bagnolet dans une
commission qui peut t'intéresser ;
Si il n'y a qu'en septembre que tu peux te li-
bérer, alors viens à la fête annuelle, manger,
danser et ranger !
Et si cette année est vraiment trop compli-
quée, prends simplement ta cotisation, c'est
déjà un peu et ça compte beaucoup !!!

Laure Charroin, paysanne à Pont-de-Barret

1 - Comité Départemental d'Orientation de l'Agriculture

LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales