Home > Campagnes solidaires > n° 353 - septembre 2019
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 353 - septembre 2019
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

Des combats porteurs d'avenir

Septembre : les volets des résidences secondaires se ferment les uns après les autres, nous rappelant si nécessaire l'importance de paysannes et de paysans nombreux pour des territoires ruraux vivants.

Depuis toujours, la Confédération paysanne se mobilise pour des installations nombreuses. Cela passe d'abord par l'accès au foncier. Dans ce cadre, nous serons très vigilants aux évolutions de la législation dans ce domaine, la loi foncière tant attendue étant encore repoussée.

Bien entendu, il n'y a pas d'âge mais bien des façons pour être paysan·ne, et les différents critères discriminants pour l'accès aux aides à l'installation doivent sauter, qu'ils soit liés à l'âge ou à la seconde transformation (comme des problèmes d'accès de paysans-boulangers à ces aides), par exemple. La Confédération paysanne réfléchit aussi à un nouveau rapport entre capital et travail sur les fermes, l'investissement étant souvent un frein aux projets d'installation.

Mais l'installation n'est pas une fin en soi, encore faut-il tirer un revenu de son travail. Cela passe naturellement par la maîtrise et la répartition de la production, ce qui suppose que « la concurrence libre et non faussée » ne mette pas à mal tous nos efforts. Dans ce sens, la Confédération paysanne s'oppose au Ceta et au accords commerciaux entre l'Union européenne et le Mercosur* mais, défendant aussi les paysan·nes d'ailleurs, elle dénonce tous les accords de libre-échange, même ceux qui pourraient satisfaire les tenants de la vocation exportatrice de la France. Elle travaille aussi à l'élaboration d'une Pac plus juste qui tienne compte des petites fermes, de l'emploi, des surfaces pastorales et impulse réellement la mutation de l'agriculture.

Bien entendu, pour que ces installations soient pérennes, on se doit de protéger nos outils de travail, ce qui sous-entend zéro artificialisation des sols et lutte contre le dérèglement climatique. Dans les mois à venir, démontrons une fois de plus que l'agriculture est est en première ligne face à ce dérèglement et qu'elle peut être une des solutions avec notre projet d'agriculture paysanne !

Malgré l'évidence de ces combats, des forces contraires sont encore à l'œuvre en bien des endroits, essayant de nous vendre des solutions du passé pour retarder le changement nécessaire de paradigme. Face à ces forces contraires, la Confédération paysanne sera toujours là pour mener les combats porteurs d'avenir pour les paysan·nes et le monde rural.
 

Denis Perreau,
paysan en Côte-d'Or,
secrétaire national

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de la Drôme
C/o l'Usine Vivante - 24 avenue Adrien Fayolle - 26400 CREST