Home > Actualités > La défense du pastoralisme et des éleveurs face à la prédation : ...
Partager sur :
LOUP
03.12.2018

La défense du pastoralisme et des éleveurs face à la prédation : une priorité pour la Confédération paysanne de la Drôme

28.11.2018 - Pont-de-Quart.

80 personnes ont participé à la projection débat sur le thème de la prédation par les loups et du pastoralisme

Mercredi 28 novembre, environ 80 personnes ont participé à la projection-débat « loups et pastoralisme » à Pont de Quart (Diois). Le nombre et la diversité des participants - éleveurs et bergers, chasseurs, ADEM (appui technique sur le pastoralisme), élus locaux, citoyens - reflètent bien le large intérêt que suscite cette thématique en touchant aux questions économiques, sociales et environnementales. La nature des débats a bien montré la complexité des enjeux et l’intérêt d'échanger les points de vue.

L'état des lieux, local et national, dépeint par la Confédération paysanne durant la soirée est clair. La population de loups se développe et ses conséquences sur l'élevage pastoral et de plein air sont catastrophiques et inacceptables : pertes importantes sur les troupeaux, sentiment d'impuissance et de détresse des éleveurs et bergers qui en sont parfois réduits à mettre fin à leur activité.

Et la colère est d'autant plus forte que les mesures imposées par l'État se sont révélées inadaptées et insuffisantes. La Confédération paysanne de la Drôme ne se résout pas à laisser disparaître l'élevage pastoral et de plein air, que ce soit au profit de l'élevage industriel ou d'un ré-ensauvagement des espaces, et continuera à défendre les éleveurs et les bergers en difficulté. La Confédération paysanne demande que la défense des troupeaux et des éleveurs passe avant celle des loups, notamment par :

- une augmentation des prélèvements ciblés, en fonction des dégâts aux troupeaux et pas dans le cadre de la gestion de l'espèce ;

- le retrait des loups des espèces strictement protégées dans la Convention de Berne et la Directive Habitats ;

- la pérennisation et la création de « brigades loups » ;

- une indemnisation qui prenne en compte la valeur réelle des animaux et les pertes indirectes. La Confédération paysanne s'oppose à la conditionnalité des indemnisations aux moyens de protection ;

- l'expérimentation du piégeage

 

Contacts :

Vincent Delmas, porte-parole : 06 07 69 36 25

Christophe Morantin, co-secrétaire : 04 75 21 02 74

Anaïs Hammel, animatrice : 04 75 25 21 72

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de la Drôme -
C/o l'Usine Vivante - 24 avenue Adrien Fayolle - 26400 CREST