Drôme

AGROCARBURANT ET GNR : NOS POSITIONS

La plus grosse escroquerie de ce début de siècle !

Bien qu'existant depuis plus d'un siècle, notamment à travers la fabrication d'éthanol ou d'huile végétale pour les moteurs, la production d'agrocarburants a été fortement encouragée cette dernière décennie. Dans l'espoir de réduire notre dépendance énergétique et de limiter les émissions de gaz à effet de serre, cette production a été développée en Europe. Des objectifs contraignants d'incorporation ont été décidés au niveau français (plan « biocarburants » de 2003) puis européen, avec, en 2008, l'adoption par le Parlement européen de la directive énergies renouvelables qui fixe un objectif de 10 % d'incorporation d'agrocarburants (en valeur énergétique). Il s'agit d'une incorporation d'éthanol dans l'essence, et d'ester méthylique d'acide gras dans le gazole (lire aussi en page 121).


 

La Confédération paysanne s'oppose à cette filière pour plusieurs raisons :

● La production d'agrocarburants est justifiée par la limitation des émissions de gaz à effet de serre. C'est faux ! Elle entraîne un changement d'affectation des sols désastreux. Si les terres agricoles sont accaparées par la production des carburants, il faut en trouver d'autres pour la production alimentaire... Conséquences directes: la déforestation et le saccage d'espaces naturels des pays du Sud. La destruction de ces zones, reconnues comme puits de carbone, entraîne d'importantes émissions de CO2 (la production de colza pour les agrocarburants en Europe, par exemple, provoque une forte déforestation en Amérique latine pour la production d'huile de palme).


● La crise alimentaire de 2008 a démontré que les agrocarburants provoquent une pression très forte sur le prix des denrées alimentaires car ils deviennent un objet de spéculation. On se souvient des émeutes de la faim au Mexique, pays largement dépendant d'importations de maïs en provenance des Etats-Unis.


● Les multinationales ayant vite évalué les bénéfices qu'elles pouvaient tirer à court terme de cette production provoque une dynamique d'accaparement des terres sans précédent, souvent avec le soutien des gouvernements et des instances politiques internationales(1). Ainsi, des milliers d'hectares de terres fertiles sont détournés de leur vocation nourricière, remettant en cause le droit à la souveraineté alimentaire des populations locales. En outre, l'expulsion des paysans de ces terres, dans des conditions parfois violentes, est une négation de la dignité des personnes et de leurs droits.


● Enfin, la filière française d'agrocarburants n'est pas économiquement viable. Seules les aides de l'Etat et la taxe (dite Beulin) payée par les pétroliers assurent aux cultures destinées aux agrocarburants une certaine rentabilité. Or l'Etat a pour objectif à court terme l'arrêt total du financement. Ce sont les consommateurs qui en définitive paient l'addition : parce que, pour préserver leurs marges, les pétroliers augmentent les prix et parce que la présence d'agrocarburants se traduit par une hausse des volumes consommés puisqu'ils ont une valeur énergétique moindre. La Cour des comptes évalue à 3 milliards le surcoût payé par les consommateurs. Enfin, il faut savoir que chaque baril de pétrole économisé par l'éthanol de blé coûte 400euros à notre balance commerciale. De plus, l'incorporation d'ester méthylique d'acide gras (Emag**) dans le gazole va représenter en 2012 une perte nette de 1,5 milliard d'euros pour le commerce extérieur de la France. Le maintien de cette filière n'a aucun sens économique sinon de permettre à des sociétés comme Sofiprotéol (dirigée par Xavier Beulin) de s'enrichir au détriment de l'intérêt général par un racket systématique sur les carburants. Les pouvoirs publics doivent sans tarder mettre fin à cette situation.

 

Nos objectifs

  • La Confédération paysanne continue son combat pour convaincre les agriculteurs dont la production alimente les usines à agrocarburants que les filières industrielles de production d'agrocarburants ne servent pas l'intérêt général. La Confédération paysanne, par le biais de sa structure internationale Via Campesina, vise la défense des paysans du monde victimes des accaparements de terres par les entreprises à huile. La non-consommation d'agrocarburants peut limiter les pressions dont ils sont l'objet.
    La Confédération paysanne défend a contrario l'autoconsommation d'huile végétale pure (HPV) comme carburant. Produite localement via des procédés économes, cette méthode présente un bilan énergétique meilleur que la filière industrielle et s'inscrit dans une démarche d'autonomie du paysan qui s'oppose au désastre social et environnemental des multinationales.
     

    Nos revendications

  • Le plan « biocarburants » ne doit pas être prolongé au-delà du terme prévu à son origine.
  • Gel des objectifs d'incorporation à leur niveau actuel.
  • La question des agrocarburants doit être totalement revue.

 

(1) Par exemple, l'accord de partenariat Union européenne-Brésil-Mozambique signé en juillet 2010 permet aux entreprises brésiliennes et européennes (dont Tereos) de s'implanter au Mozambique pour produire des agrocarburants exportés en Europe.

LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales