Drôme

VITICULTURE : NOS POSITIONS

Contre les dérives industrielles, défendre la viticulture paysanne

Mettre en place un droit à paiement unique (DPU* *) plafonné aux premiers hectares et en fonction du nombre d'actifs. Cela afin de maintenir des exploitations porteuses d'emploi dans tous les territoires viticoles.

Maintenir coûte que coûte les droits de plantation pour éviter de soumettre la viticulture et les viticulteurs aux lois du marché libéral.

Conserver des aides spécifiques : le système des distillations de crise obligatoire et des aides à la restructuration du vignobles, notamment en direction des jeunes.

Créer un observatoire viticole européen chargé de coordonner la connaissance des vignobles et les études qualitatives européennes sur l'évolution de la consommation, des pratiques viticoles et oenologiques. Il faut affiner la connaissance européenne des marchés viticoles face à la compétition mondiale.

Appuyer les actions de promotion et de commercialisation. Que les crédits de promotion puissent être utilisés dans le cadre de l'exportation intracommunautaire.

Favoriser les partenariats viticulteurs-chercheurs pour rendre la recherche la plus pertinente et la plus proche possible des réalités de terrain.

Défendre le statut du vin (issu exclusivement de la fermentation naturelle de jus de raisins) : il faut définir les pratiques de vinification et imposer aux importations les mêmes règles qu'aux productions européennes.

Allouer des montants importants pour encourager les viticulteurs à faire évoluer vers des systèmes respectueux de l'environnement.

LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales