Home > Actualités > Session Chambre d’agriculture du 25 novembre 2019 La ...
Partager sur :
FONCIER
22.11.2019

Session Chambre d’agriculture du 25 novembre 2019 La Confédération paysanne de la Drôme présentera une motion relative aux surfaces pastorales et au ré-ensauvagement

22.11.2019 -
Les élus de la Chambre d’agriculture de la Drôme se réuniront lundi 25 novembre 2019 à Bourg-lès-Valence. A cette occasion, la Confédération paysanne de la Drôme présentera une motion visant à protéger le foncier agricole, en particulier les surfaces pastorales, parfois menacées par des projets de ré-ensauvagement.

Les surfaces pastorales, pouvant avoir moins de 50% d'herbe, sont des terres agricoles fournissant une alimentation pour nos troupeaux. La reconnaissance de ces surfaces est nécessaire au maintien du pastoralisme sur les territoires. Cette activité est nécessaire à l'ouverture des milieux, à la lutte contre l'incendie, à l'entretien et à la vie de nos territoires.

Depuis quelques années, on observe une augmentation du nombre d'achats de terres en vue de les soustraire à toute activité humaine, y compris agricole, dans l'idée de permettre à ces territoires parfois immenses de retourner à l'état sauvage. La Confédération paysanne considère que cette approche de la nature est une vision simpliste de l'écologie. A l'inverse, l'agriculture paysanne pratiquée sur ces territoires cherche l'équilibre dans la complémentarité avec les autres activités plutôt que dans leur cloisonnement ; un espace pour l'agriculture, un autre pour le sauvage n'est pas la solution aux enjeux environnementaux.

Face au constat alarmant de perte de biodiversité, l'élevage pastoral pratiqué en majorité sur ces surfaces « sauvages » répond de manière globale aux enjeux d'aménagement du territoire, de préservation de l'environnement, du climat et de la biodiversité.

La Confédération paysanne de la Drôme souhaite que la Chambre d'agriculture interpelle les autorités françaises sur la problématique de l'accaparement des terres pour le ré-ensauvagement en soutenant des politiques publiques favorisant des pratiques agricoles vertueuses et adaptées, tout en maintenant des paysan.ne.s nombreux.

La Confédération paysanne de la Drôme souhaite que la Chambre d'agriculture demande aux autorités françaises d'inscrire dans leur plan stratégique le maintien et le développement du pastoralisme comme l'un des objectifs qu'elles se fixent pour la PAC* post 2020.

> Retrouvez le texte intégral de la motion ci-dessous.

Contacts :
Pauline Perdrix, élue à la Chambre d'agriculture : 04 75 21 66 05

Vincent Delmas, porte-parole, élu à la Chambre d'agriculture : 06 07 69 36 25

 

 

Motion relative aux surfaces pastorales et au ré-ensauvagement

Proposée par la Confédération Paysanne de la Drôme

Session du 25 novembre 2019

A Bourg-lès-Valence

 

CONSIDERANT QUE :

- Les surfaces pastorales, pouvant avoir moins de 50% d'herbe, sont des terres agricoles fournissant une alimentation pour nos troupeaux : certains ligneux, broussailles, châtaigneraies et chênaies, etc. rentrant dans l'alimentation des troupeaux et apportant une saveur toute particulière à nos produits. La reconnaissance de ces surfaces est nécessaire au maintien du pastoralisme sur les territoires. Cette activité est nécessaire à l'ouverture des milieux, à la lutte contre l'incendie, à l'entretien et à la vie de nos territoires.

- Depuis quelques années, on observe une augmentation du nombre d'achats de terres souvent pastorales en vue de les soustraire à toute activité humaine, y compris agricole, dans l'idée de permettre à ces territoires parfois immenses de retourner à l'état sauvage. Cette approche de la nature est une vision simpliste de l'écologie. A l'inverse, l'agriculture paysanne pratiquée sur ces territoires cherche l'équilibre dans la complémentarité avec les autres activités plutôt que dans leur cloisonnement ; un espace pour l'agriculture, un autre pour le sauvage n'est pas la solution aux enjeux environnementaux.

- Face au constat alarmant de perte de biodiversité, l'élevage pastoral pratiqué en majorité sur ces surfaces « sauvages » répond de manière globale aux enjeux d'aménagement du territoire, de préservation de l'environnement, du climat et de la biodiversité.

- La PAC* post 2020 est une opportunité pour mieux reconnaître les surfaces pastorales. En effet, c'est l'occasion de mettre le pastoralisme comme objectif de la France dans son plan stratégique et de mettre en place les mesures nécessaires à son soutien et à son développement.

-La PAC* post 2020 donne l'opportunité au ministère de faire reconnaître les surfaces pastorales pâturées, afin qu'elles deviennent éligibles aux aides PAC*. Cette reconnaissance permettrait de redéfinir les priorités des territoires concernant ces surfaces pour pérenniser ces pratiques agricoles vertueuses.

 

C'EST POURQUOI NOUS DEMANDONS QUE :

- Le ministère poursuive un travail national, en associant tous les acteurs pastoraux, DDT, régions, paysan.ne.s, chercheurs pour réfléchir collectivement à la mise en place des règles d'éligibilité adaptées aux surfaces pastorales.

- Les autorités françaises inscrivent dans leur plan stratégique le maintien et le développement du pastoralisme comme l'un des objectifs qu'elles se fixent pour la PAC* post 2020.

- Les autorités françaises se saisissent de la problématique de l'accaparement des terres pour le ré-ensauvagement en soutenant des politiques publiques favorisant des pratiques agricoles vertueuses et adaptées, tout en maintenant des paysan.ne.s nombreux.

- Les autorités françaises encadrent la législation foncière liée au ré-ensauvagement, qui n'est pas une réponse aux problématiques environnementales actuelles alors que l'agriculture paysanne défend des relations équilibrées entre l'homme, l'environnement naturel et les espèces avec lesquelles il a co-évolué.

 

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de la Drôme
C/o l'Usine Vivante - 24 avenue Adrien Fayolle - 26400 CREST